Expositions et circuits

Expositions

La petite histoire de Rivière-Bleue

Les premiers habitants s’établissent au Beau Lac à la fin des années 1850. Mais il faudra attendre l’installation de la Blue River Lumber, bâtie à la croisée des rivières Bleue et Saint-François, et la construction de la voie ferrée en 1913 pour que Rivière-Bleue prenne son essor. Forêt et agriculture, église et écoles, rien ne manque à ce village agro-forestier typique de l’arrière-pays.

Les agents de station et la vie à la gare

À partir de 1915, l’agent de station et sa famille résident à la gare. Centre de la vie du village, l’activité y est très intense, de jour comme de nuit et le télégraphe qui crépite sans arrêt nous relie au monde.

La gare et le National Transcontinental Railway

De 1908 à 1914, la construction du chemin de fer entre Edmundston et Pelletier nécessite plus de 500 travailleurs en majorité Italiens. La première gare érigée à Tarte est déménagée à Rivière-Bleue. Nombre d’outils de cette époque seront encore utilisés jusqu’aux années 1950.

Les chemins de fer du Témiscouata

Maquettes, artefacts, vidéos vous feront découvrir le monde fascinant des deux chemins de fer qui ont sillonné notre région : le National Transcontinental Railway et le Temiscouata Railway.

Le bootlegging
« Une goutte d’histoire »

Des panneaux d’interprétation et un circuit web vous replongeront dans la turbulente époque de la prohibition des années 1920.  Les thèmes de la tempérance, de l’arrivée d’Alfred Lévesque à Rivière-Bleue, de la contrebande particulière en raison de la position stratégique de Rivière-Bleue, de la production d’alcool frelaté et des dynamiques liées à la faveur populaire, à l’opposition du clergé et à la répression par la Police des liqueurs.

Les jardins des gares ferroviaires

(exposition temporaire à venir en 2021)

Les compagnies ferroviaires, pour embellir les terrains de leurs stations et de leurs propriétés, y aménageaient des jardins qui fleurirent jusqu’au milieu du XXe siècle. D’abord implantée en Grande-Bretagne, cette idée fit son apparition au Canada avec le Grand Tronc.

Circuits

Nos croix de chemins

Ce circuit patrimonial présente 19 croix de chemin dont les 7 « survivantes » qui sont toujours visibles. L’histoire de chacune y est racontée et on y trouve leurs coordonnées routières et GPS permettant de parcourir ce circuit. Téléchargez le fascicule :

pdfNos croix de chemin *
pdfErratum 
*Le recueil est disponible en version papier au prix de 2 $ à la Vieille Gare.

LES maisons ont aussi une histoire

À l’occasion du 100e anniversaire de Rivière-Bleue (2014), le Comité culture et patrimoine a préparé ce circuit patrimonial de 18 bâtiments ou maisons significatifs pour l’histoire riveraine, souvent en raison des gens qui les ont habités. Téléchargez le dépliant :

pdfCircuit du patrimoine bâti de Rivière-Bleue

Expositions passées

Si douces, si chaudes fourrures

Le trappage est un métier vieux comme le monde et encore pratiqué par de nombreux Québécois. Les principaux pièges et la façon de les poser, les étapes du trappage, la préparation des peaux, les animaux les plus recherchés, tout cela vous est présenté à l’aide d’objets, photos et vidéo. Sans compter ces merveilleuses fourrures qui habillaient les femmes autrefois!

De la plume à l’ordi. Le notariat à Rivière-Bleue

Deux notaires ont exercé à Rivière-Bleue et desservi notre région: Alphonse Langlais et Michel Ouellet. De la plume au fax en passant par une vieille Underwood, voyez l’évolution progressive des outils de bureau. Biographies, photos, et documents d’archives racontent la vie de ces deux Riverains, des notables, comme on disait autrefois.

Les gares de la division Glendyne

D’Edmundston à Monk, 22 gares marquaient le territoire de la Division Glendyne du National Transcontinental Railway. De ces gares anciennes, une seule a été préservée, celle de Rivière-Bleue. Des photos anciennes, cinq maquettes réalisées et prêtées par monsieur Adrien D’Astous et une carte du réseau ferroviaire de l’Est du Québec font revivre ces gares disparues.