Les métiers du rail

En mars 1908, les ingénieurs et les arpenteurs sont les premiers sur le terrain afin de déterminer le meilleur tracé pour éviter les pentes fortes.

À l’été, la Compagnie Cavicchi & Pagano arrive sur les lieux. Cinq cents ouvriers, la plupart Italiens, sont à pied d’œuvre pour préparer le terrain et poser les rails. Ils sont répartis en deux camps, à Saint-Marc-du-Lac-Long et à Saint-Éleuthère.

L’entretien de la voie est assuré par « une gang » affectée aux gros travaux. Les hommes se déplacent à bord des wagons le long de la subdivision Glendyne qui va d’Edmundston à Monk. Un groupe de  4 à 5 « sectionnaires » assurent la surveillance et l’entretien quotidien de leur section d’environ 10 milles en se déplaçant en « pompeur » ou draisine.

La locomotive est servie par l’ingénieur, le chauffeur et le brakeman. Le conducteur est le chef du train : il décide des arrêts et des départs, contrôle les billets et communique avec les agents de station. Il est assisté par le bagage man et par son brakeman. La caboose, à l’arrière du train, sert de lieu de travail et de repos à cette équipe.

Pour tous ces hommes, l’anglais est la langue de travail.

Voir l'album photo sur Flickr :

N'oubliez pas de cliquer sur "Afficher les infos" en haut à droite une fois l'album atteint.

Lire aussi :